retour accueil
Association PELOPS
Actions environnementales, partage de passions et de connaissances
  Yannis, ingénieur de l'ex-ministère de l'environnement et de la construction
  C'est au cours d'une marche exploratoire à Vothon/Kalenzi destinée à la recherche des quelques spécimen de chênes Velani et au ramassage de glands destinés à la randonnée Giono de 2009 que nous avons rencontré Yannis.
Yannis est ingénieur du ministère de l'ex-Environnement et de la Construction / Travaux Publiques(qui conciliait deux axes contradictoires au détriment de l'un... Il sont désormais séparés en deux ministères avec l'accession au pouvoir du gouvernement de Yorgos Papandréou). Yannis supervise la réalisation de barrages "écologiques" autour du lac de Marathon, à sa manière un amoureux de la nature.

Randonnées Pelops
Faune Sauvage

Ateliers Pelops
portraits d'acteurs et de passionnés
Les Oliviers
Nos amis

Yannis est un personnage que nous avons rencontré au cours de notre exploration du site de Vothon / Kalenzi pour identification des chênes Velani, intrigué par l'intérêt que nous portions aux chênes et au ramassage de glands.

Yannis travaille depuis la fin des incendies de cet été
2009 sur le site du lac de Marathon, l'une des réserve d'eau potable d'Athènes. Il veille avec ses équipes à sa protection contre le ravinement, la descente massive des cendres et des boues de ruissellement lors des pluies de cet hiver. Séduit par le site, il a acheté un petit bout de terrain (moins de 10 ares, d'un strema) pour y planter dans l'avenir quelques vignes et se mettre au vert et au calme, loin du centre d'Athènes où il habite avec sa famille.

Il supervise la construction de 9 barrages et, ayant défini
leur emplacement a activement empêché la réalisation d'un de ces ouvrages sur un mini biotope particulièrement joli (voir plus bas). On peut parler ici d'un sauvetage qui s'est joué sur sa parole seule. Il aurait suffit d'un peu de désintérêt de sa part pour que cet endroit millénaire disparaisse sous les bolldozer en trois coup de godets.

(en arrière plan quelques toupets grillés sur fond de verdure)

Yannis avait un sachet quelques noix offertes par l'agriculteur voisin de son terrain et c'est sous un platane de la petite place de l'église que nous avons conversé, la bouche pleine de cernaux croquants. Yannis nous a proposé avec son vieux 4X4 Lada, un tour d'exploration sur les ouvrages en cours de réalisation, avec comme but final, la découverte de son petit coin idyllique...

Cette photo montre le double rôle des barrages qui sont positionnés sur les pentes d'écoulement des eaux, les rivières. Le barrage en cailloux sert en premier lieu à filtrer l'eau des cendres et de la boue qui vont descendre des collines avec les pluies d'automne/hiver. L'eau ressort claire après avoir passé au travers des cailloux. Le remplissage est fait avec des pierres cassées à angle vifs, les galets auraient tendance à boucher le système. La carrière est située à 70 km de là.
On voit en arrière plan que la colline s'est effondrée par la disparItion de la végétation de soutien avec le passage des incendies, le barrage sera étendu et servira en second lieu de contrefort à ces éboulements.

Un autre barrage terminé.

Yannis parle de ses barrages comme étant "écologiques" : pas un brin de ciment n'est utilisé pour leur réalisation. Chose intéressante, l''ingénieur qui a défini la technique et qui est chargé du projet est un homme âgé de 75 ans qui a une grande expérience en la matière pour avoir travaillé cette technique pendant plusieurs dizaines d'années en Afrique du Nord. En vieux sage, avec Yannis, il a commencé par faire un tour du lac à pied et lui a demandé, en tant qu'homme de terrain de fixer les emplacements des ouvrages. "là où tu diras, on fera".

En arrière plan, une oliveraie qui a roussi, devant, quelques squelettes d'arbres. Tout a brûlé ici. Le reverdissement de ce site qui n'était que cendres encore deux mois auparavant, montre à quel point la nature est adaptée au climat Méditerranéen et à ses aléas. Si l'homme n'était pas là avec sa pression continuelle, tout se régénèrerait en 15/20 ans, y compris la faune et les arbres, grands perdants de ces accidents environnementaux graves.

Vue sur le lac le Marathon:

Yannis mentionne que le lac est entouré de terrains privés. L'agricluture et le pâturage sont interdits pour éviter la pollution de l'eau.

A la question "mais ils pourraient quand même faire de l'agriculture biologique?", la réponse "il pourraient, elle est compatible avec les contraintes environnementales, mais les agriculteurs ne s'intéressent pas à ça"

Un barrage en cours de réalisation.

On voit les plaques de grillages qui serviront à faire les cages à cailloux. Quoi qu'écologiques, les barrages ne sont pas sans impact sur l'environnement.

Les pins sont bel et bien grillés.

Le coin de Yannis

Outre la présentation de son travail, Yannis a absolument tenu à nous montrer "son" coin, celui qui a survécu grâce à sa parole, son opposition formelle d'édifier ici un barrage ... écologique. Il y a toujours de l'eau à cet endroit et des poissons heureux. Pas de pollution ni déchets, chose rare en Grèce: l'endroit est peu accessible. La source est un peu plus haut en amont et aucune activité humaine n'est présente sur ce début de tracé de rivière.

On voit sur cette photo les petits poissons du site. Yannis les appelle "Mes Poissons", il vient régulièrement les nourrir avec du pain, des gressini... et de la tiropita (feuilleté au fromage) dont ils raffolent . Les poissons sont ils sensibles au cholestérol?

En amont vers la source

Quelques images de cet endroit rare en Attique, pour nous faire rêver :

C'est très beau, vingt mètres plus haut, les collines qui bordent cet encaissement sont grillées.

Yannis rêve de venir ici tranquillement se poser avec une canne à pêche pour attraper les poissons qu'il nourrit avec amour. Souhaitons aux poissons de profiter encore longtemps des gressinis et de la tiropita, avant de dorer dans l'huile d'olive!

- Bon, heu... Marc, donne moi ton appareil photo, Je vais te prendre en photo.

- Si tu veux, une dernière petite pause, quelques photos et puis on s'en va...

(civilités japonaises)

Sur le chemin du retour, quelques image du paysage brûlé à différents degrés autour du lac de Marathon. Il est intéressant de noter ici le côté aléatoire du feu selon les essences présentes et l'état du sol (oliviers, feuillus, taillis, pâturages).
A Vothon/Kalenzi se trouvent 2000 ovins affamés par les incendies. Que laisseront ils derrière eux de toute cette verdure et de cette nature qui tentera de se régénérer? Que restera-t-il des frêles et jeunes pousses de feuillus qui sortiront au printemps? Si les animaux concourent à l'entretien d'un paysage "mûr" par leur désherbage, débroussaillage, il n'en est rien après les ravages des incendies.

MP

Retour page d'accueil