retour accueil
Association PELOPS
Actions environnementales, partage de passions et de connaissances
 
  Tous les détails sur les aventures des petits explorateurs

Randonnées Pelops
Faune Sauvage

Ateliers Pelops
portraits d'acteurs et de passionnés
Les Oliviers
Nos amis

 

Sauvetage d'une mouette

... Marc a pu ainsi commencer à extraire les hameçons sans se faire mordre. Un moment d'inattention et la mouette momentanément libérée s'est défendue en pinçant son bras, laissant un peu de sang provenant de son bec abîmé.
Les enfants ont eu peur et ont interprétés ce mouvement comme une grave blessure ce qui n'était que superficiel. L'animal s'est alors à nouveau accroché dans les hameçons libérés et il a fallu refaire une partie du travail. Simon surmontant son émotion a continué à maintenir l'animal avec plus de fermeté et la mouette a pu enfin être dégagé du piège.
La mouette épuisée a été ramenée sur son îlot pour qu'elle puisse se reposer en paix, mais peu de temps après, des jeunes gens l'ont rejoint et ont fini par l'embêter. Elle a trouvé la force de s'enfuir à la nage puis est restée sur la digue du port pour se reposer. Nous l'avons laissée à son sort sans grande crainte pour son avenir.
A cette occasion Simon a reçu la première action Faune Sauvage de Pelops pour sa participation au sauvetage d'un animal sauvage. Bravo Simon! Ca n'a pas été un exercice facile.

Ce moment dans le parcours estival de ces 4 enfants à montré qu'il était possible d'agir pour un animal plutôt pacifique devenu la victime accidentelle d'une activité humaine, qu'il suffisait d'oser pour y arriver. Si nous ne nous rendons pas compte des conséquences acidentelles de nos activités au quotidien (pollution et destruction des biotopes), cet action de réparation, même modeste, aura marqué l'esprit de ces jeunes enfants.

Exploration d'une usine abandonnée

La façade extérieure et la grande cheminée des fours de cuisson.

Tout le monde est prêt pour la grande aventure de découverte du rez-de-chaussée.

 

Les tuyaux de la ventilation en vrac sur le sol.

L'atelier de fabrication des moules en plâtre

Vue sur le four dans sa partie terminale.

Simon pause devant la sortie du four. On y lit cette inscription peu engageante "Welcome to hell". Personne n'a osé rentrer dedans!

L'usine est encore pleine de matériaux qui exigent de la prudence lors des déplacements.

Les restes de moules en plâtre et matériaux réfractaires à côté du grand four de cuisson (50m de long)

 

Détail des isolants avant cuisson et restes de plaque réfractaires.

Dans la deuxième salle des fours, Myrto et Danaï essaient d'identifier les rebuts de cuisson...

L'entrée vers le sous sol. Tout le monde est prêt à continuer la passionnante exploration.

Un étrange univers de cuves, de citernes et de restes de machines les attend. Que faisait-on ici?

 

Une belle chute de tuyeaux (stabilisée) dans un beau jeu de lumières clair-obscur.

Des pains de terre sèche nous donnent les premiers indices. Stock ou préparation de la terre à céramiques?

 

Noémi a trouvé un sac contenant des pierres.

En regardant de près il s'agit de pierres d'un genre argileux. Le puzzle se reconstitue.

Une roue de pierre broyait le minerai grossièrement

Myrto en tenue d'exploratrice avec sa lampe frontale repère sur le sol des galets ronds

Puis les résidus de broyage devaient être affinés dans des bacs tournants mélangés avec ces galets présents sur le sol.

Quel est cet étrange labyrinthe?

 

C'est en fait un bac décanteur pour retirer les galets. Simon et Danaï viennent de trouver le trou d'évacuation de la pâte.

La pâte ressortait par là pour aller dans les cuves souterraines (photo droite).

 

Elle était ensuite pompée par ce trou pour décanter dans les bacs

La pâte y était concentrée pour ensuite être passée ou pressée dans une machine extrudeuse pour former les pains de terre vus plus hauts

L'emplacement de l'extrudeuse à côté de la table des pains de terre.

Vue générale sur les bacs

 

 

L'ONG Ekpaz, hôpital de soins pour la faune sauvage sur l'île d'Egine.

Le centre Ekpaz à 8 Km du port d'Egine.

Vue d'ensemble des bâtiments et des volières. Le terrain a été donné par un monastère.

Une cigongne sauvage nous accueille. Plusieurs ont fait leur nid sur place et apprécient la nourriture disponible.

Vue sur les grandes volières.

Laura, la jeune volontaire venue des Etats Unis qui nous accompagnera.

Première rencontre avec un aigle aux ailes déployées pour cacher sa nourriture aux autres prédateurs


Un hibou endormi dans son réduit.

Un pélican


Les cigognes sont difficiles à soigner, elle sont très fragiles

Un vautour fait la sieste.

Un animal parfaitement inconnu et inidentifiable. Très affectueux, il cherche à se faire caresser au travers du grillage

Le Co fondateur de l'ONG ne quitte pas un petit serpent parfaitement apprivoisé: Un serpent de Montpellier. Battu à mort dans son jeune temps, récupéré puis bien soigné, il est désormais devenu un parfait doudou.
Les enfants en profitent!

Ce collier n'a pas besoin de fermoir

Il est juste un peu envahissant et très affectueux


Des bisous, encore des bisous
!


Oh là là, ça chatouille!


Le doudou a trouvé sa place définitive, tout le monde est content


Danaï essaie une moustache en serpent

En collier, c'est le bonheur parfait

 

 

Retour page d'accueil